13 février 2013

suite

 

Théophile Gautier « La pipe d'Opium »

L'autre jour, je trouvai mon ami Alphonse Karr assis sur son divan, avec une bougie allumée, quoiqu'il fît grand jour, et tenant à la main un tuyau de bois de cerisier muni d'un champignon de porcelaine sur lequel il faisait dégoutter une espèce de pâte brune assez semblable à la cire à cacheter ; cette pâte flambait et grésillait dans la cheminée du champignon, et il aspirait par une petite embouchure d'ambre jaune la fumée qui se répandait ensuite dans la chambre avec une vague odeur de parfum oriental.
         Je pris, sans rien dire, l'appareil des mains de mon ami, et je m'ajustai à l'un des bouts ; après quelques gorgées, j'éprouvai une espèce d'étourdissement qui n'était pas sans charmes et ressemblait assez aux sensations de la première ivresse.
        Étant de feuilleton ce jour-là, et n'ayant pas le loisir d'être gris, j'accrochai la pipe à un clou et nous descendîmes dans le jardin, dire bonjour aux dahlias et jouer un peu avec Schutz, heureux animal qui n'a d'autre fonction que d'être noir sur un tapis de vert gazon.
         Je rentrai chez moi, je dînai, et j'allai au théâtre subir je ne sais quelle pièce, puis je revins me coucher, car il faut bien en arriver là, et faire, par cette mort de quelques heures, l'apprentissage de la mort définitive.
         L'opium que j'avais fumé, loin de produire l’effet somnolent que j'en attendais, me jetait en des agitations nerveuses comme du café violent, et je tournais dans mon lit en façon de carpe sur le gril ou de poulet à la broche, avec un perpétuel roulis de couvertures, au grand mécontentement de mon chat roulé en boule sur le coin de mon édredon.
         Enfin, le sommeil longtemps imploré ensabla mes prunelles de sa poussière d'or, mes yeux devinrent chauds et lourds, je m'endormis.
         Après une ou deux heures complètement immobiles et noires, j'eus un rêve.
         — Le voici :
        Je me retrouvai chez mon ami Alphonse Karr, — comme le matin, dans la réalité ; il était assis sur son
divan de lampas jaune, avec sa pipe et sa bougie allumée ; seulement le soleil ne faisait pas voltiger sur les murs, comme des papillons aux mille couleurs, les reflets bleus, verts et rouges des vitraux.
         Je pris la pipe de ses mains, ainsi que je l'avais fait quelques heures auparavant, et je me mis à aspirer lentement la fumée enivrante.
         Une mollesse pleine de béatitude ne tarda pas à s'emparer de moi, et je sentis le même étourdissement que j'avais éprouvé en fumant la vraie pipe.
         Jusque-là mon rêve se tenait dans les plus exactes limites du inonde habitable, et répétait comme un miroir, les actions de ma journée.
        J'étais pelotonné dans un tas de coussins, et je renversais paresseusement ma tête en arrière pour Suivre en l'air les spirales bleuâtres, qui se fondaient en brume d'ouate* après avoir tourbillonné quelques minutes.
        Mes yeux se portaient naturellement sur le plafond, qui est d'un noir d'ébène, avec des arabesques d'or.
         A force de le regarder avec cette attention extatique* qui précède les visions, il me parut bleu, mais d'un bleu dur, comme un des pans du manteau de la nuit.
        «  Vous avez donc fait repeindre votre plafond en bleu, dis-je à Karr, qui, toujours impassible et silencieux, avait embouché une autre pipe, et rendait plus de fumée qu'un tuyau de poêle en hiver, ou qu'un bateau à vapeur dans une saison quelconque.
         —       Nullement, mon fils, répondit-il en mettant son nez hors du nuage, mais vous m'avez furieusement la
mine de vous être à vous-même peint l'estomac en rouge, au moyen d'un bordeaux plus ou moins Laffitte.
         —       Hélas! que ne dites-vous la vérité ; mais je n'ai bu qu'un misérable verre d'eau sucrée, où toutes les fourmis de la terre étaient venues se désaltérer, une école de natation d'insectes.

 

Le plafond s'ennuyait apparemment d'être noir, il s'est mis en bleu ; après les femmes, je ne connais rien de plus capricieux que les plafonds ; c'est une fantaisie de plafond, voilà tout, rien n'est plus ordinaire. »
         Cela dit, Karr rentra son nez dans le nuage de fumée, avec la mine satisfaite de quelqu'un qui a donné une explication limpide et lumineuse.
         Cependant je n'étais qu'à moitié convaincu, et j'avais de la peine à croire les plafonds aussi fantastiques que
cela, et   je continuais à regarder celui que j'avais au-dessus de ma tête, non sans quelque sentiment d'inquiétude.
         Il bleuissait, il bleuissait comme la mer à l'horizon, et les étoiles commençaient à y ouvrir leurs paupières aux
cils  d'or  ;  ces cils, d'une extrême ténuité, s'allongeaient jusque dans la chambre qu'ils remplissaient de gerbes prismatiques*.
         Quelques lignes noires rayaient cette surface d'azur, et je reconnus bientôt que c'étaient les poutres des
étages supérieurs de la maison devenue transparente.
         Malgré la facilité que l'on a en rêve d'admettre comme
naturelles les choses les plus bizarres, tout ceci commençait à me paraitre un peu louche et suspect, et je pensai que si mon camarade Esquiros le Magicien était là, il me donnerait des explications plus satisfaisantes que celles de mon ami Alphonse Karr.
         Comme si cette pensée eût eu la puissance d'évocation, Esquiros se présenta soudain devant nous, à peu près comme le barbet* de Faust qui sort de derrière le poêle.
         Il avait le visage fort animé et l'air triomphant, et il disait, en se frottant les mains :
         «  Je vois aux antipodes, et j'ai trouvé la Mandragore qui parle. »
         Cette apparition me surprit, et je dis à Karr :
         «  O Karr! concevez-vous qu'Esquiros, qui n'était pas là tout à l'heure, soit entré sans qu'on ait ouvert la porte.
         — Rien n'est plus simple, répondit Karr.  L'on entre par les portes fermées, c'est l'usage ; il n'y a que les gens mal élevés  qui passent par les portes ouvertes.  Vous savez bien qu'on dit comme injure : Grand enfonceur de portes ouvertes. »

 

[...]
         
        Je ne sais pas ou se seraient arrêtées ces extases que ne modérait plus la présence de Karr, lorsque je sentis quelque chose de velu et de rude qui me passait sur la figure ; j'ouvris les yeux, et je vis mon chat qui frottait sa moustache à la mienne en manière de congratulation matinale, car l'aube tamisait à travers les rideaux une lumière vacillante.

         C'est ainsi que finit mon rêve d'opium, qui ne me laissa d'autre trace qu'une vague mélancolie, suite ordinaire de ces sortes d'hallucinations.

 

Posté par manont à 17:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur suite

Nouveau commentaire